Semences et plantes potagères

Le potager d’un curieux est un jardin de biodiversité cultivée et partagée, qui n’a rien d’un conservatoire mais tout d’un laboratoire vivant, où sont chaque année reproduites des dizaines de variétés de plantes rares, curieuses, parfois anciennes, souvent excellentes, toujours surprenantes.
Vous pouvez désormais commander vos graines plus facilement et effectuer votre règlement par carte bancaire via une plateforme de paiement sécurisé.
à l’adresse http://www.lepotagerduncurieux.fr
 

La feuille de printemps du potager d’un curieux

P1004674

Le temps des forsythias

Chaque année, malgré des grands bouleversements climatiques, nous attendons le printemps. Comme un signe de renaissance qui rapproche l’ensemble des vivants. Car les humains ne sont pas les seuls à attendre le printemps. Les mammifères, les oiseaux, les batraciens, les reptiles, les insectes, tous attendent le printemps et même les graines (!) qui pourtant ne sont pas encore vivantes …Elles attendent les conditions idéales pour germer, pour naitre. On parle de levée de dormance pour les bulbes, les bourgeons et les semences.

Faire venir le printemps, l’appeler pour sortir de l’hiver…

Le ciel nous a offert des pluies soutenues qui ont abreuvé la terre. Il nous a offert aussi une journée où le soleil est devenu une lune jaune et le paysage s’est couvert d’un film orangé étrange. C’était un vent d’Afrique, le Siroco qui nous a déposé au passage une fine couche de sable du désert qui avait sans doute envie de voyager.

C’est dans le ciel aussi que plusieurs passages de trains de satellites ont traversé les étoiles donnant une impression d’une voie lactée en mouvement, d’une immense guirlande électrique. Nous ne l’aurions jamais imaginé ! C’est l’expansion de la toile (internet) dans les étoiles…C’est troublant.

Les grands escadrons de grues ont ponctué les journées. De retour par centaines, elles chantent en volant vers le nord, faisant des orbes pour trouver les ascendances. C’est un spectacle fantastique.

Toute cette période de fin d’hiver de petits groupes de chevreuils longent le jardin pour descendre dans la plaine ou remonter vers les hauteurs. Ils empruntent un « corridor écologique », une zone transitoire entre espace agricole et couvert forestier. C’est l’occasion de confirmer la présence très très proche du loup ou des loups qui ont vraisemblablement tué une dizaine de brebis. Sa présence était soupçonnée, elle est dorénavant confirmée. Nous devrions voir d’ici peu le joli chacal doré de retour en France.

Nous avons eu un petit hiver avec des gels réguliers et aussi une période de pluies soutenues sans être excessives.

Les dernières graines de 2020 ont été triées comme les aubergines et les laitues qui attendaient patiemment.

Les premiers semis ont germé avec succès (collection de laitues, les vivaces). Ils vont se poursuivre tout le mois de mars sous serre froide en gardant en tête que la patience est aussi une vertu de jardinier…   Les réussites sont souvent accompagnées de quelques échecs qu’il faut surmonter et comprendre.

Les forsythias sont un marqueur de paysage au potager d’un curieux. Il y en une quarantaine qui arborent au printemps des panaches flamboyants couverts de fleurs jaune citron. De nombreuses floraisons s’annoncent. Les cerisiers et les pêchers, le pastel et la monnaie du pape, le muscari et la gagée, les hellébores et les euphorbes, De toutes parts les bourgeons se montrent. Le narcisse et la primevère, la violette et les pervenches annoncent l’heureux évènement !

Le printemps arrive.

Alors les oiseaux s’en mêlent et le champ de l’aube nous réveille dans un concert de musiciens ailés. Il peut comprendre une douzaine d’espèces et des dizaines d’oiseaux. C’est un réveil magique. Impossible de ne pas citer quelques-uns des musiciens du matin. Chants de merle et de rouge gorge, grive musicienne et fauvette à tête noire, mésange charbonnière et mésange bleue. Un jardin sans oiseaux c’est un peu comme une forêt sans arbre.

A quelques jours du printemps et accompagné d’un papillon citron qui virevolte au gré du vent, nous vous souhaitons un beau printemps.

Comme un pied de nez fait au printemps, ce matin 19 mars l’arrière-pays provençal s’est couvert d’un blanc manteau. Il neige sur le Luberon. Un lièvre traverse le verger tranquillement.

La feuille d’hiver du potager d’un curieux

bandeau hiver

 Choisir un jour de neige pour écrire une feuille d’hiver du potager est un heureux hasard. En effet en ce début d’année dans l’arrière-pays provençal, nous ressentons les effets vifs des vrais premiers frimas. C’est l’occasion de souhaiter à vous tous une année pleine de pousses, de germes, de bourgeons, puis de fleurs, de fruits, de la passion.

Car il faut de la passion pour exercer ce métier de jardinier grainier.

On a coutume de dire que les jardins se découvrent en hiver car ils laissent apparaitre l’ossature, la structure, le squelette de l’ouvrage. Il n’y a plus les fioritures, les abondances et le côté luxuriant du printemps, de l’été.

Là on ne voit que les murets, les allées, les arbustes à feuilles persistantes : Le paysage. L’art des jardins est renaissant. Mais il y a pleins de sortes de jardins. Le potager en est un qui finalement touche à d’autres disciplines et compétences. Jardins bouquetiers, préoliers (prairies), jardins treillers (plessis, treilles, pergolas, tuteurs plus largement l’architecture), jardins des simples, jardins maraichers… et sans oublier ces vignobles à l’infini où chaque hiver les jardiniers tailleurs vont et viennent armés de leurs sécateurs.

Y aurait-il autant de jardins que de jardiniers ?

Un jardin en hiver peut être beau car on y observe le vert franc et luisant des épinards, de la mâche, des poirées. La grisaille de l’hiver s’harmonise avec le gris velouté des feuilles de cardon, les gris bleus de celle des poireaux, ou encore du côté des simples, celui de la sauge, des Phlomis, de la santoline, de la ballote…sans oublier les choux avec leur surface cireuse et leur couleur pastel. Le laurier noble et le romarin qui commencent à fleurir, signe de renaissance végétale précoce.

Et que dire de ces piliers de lierre qui recouvrent les troncs de nos chênes pubescents ? Qu’ils hébergent une ribambelle de passereaux (moineaux, fauvettes, rouge gorges, merles, grives etc…) qui se régalent de ce fruit d’hiver et s’abritent dans les feuilles pour se protéger du froid.

En arpentant le jardin gelé et ses alentours enherbés, on pourra identifier les premières salades sauvages et commencer les cueillettes raisonnables.

En pépinière, les semis de vivaces pourront démarrer sous serre froide, ainsi que les éclatages, multiplications, divisions de celles-ci. On pourra aussi commencer les bouturages.

Le mois de janvier est l’occasion de penser son jardin de l’année. Les allées, les planches, plates-bandes et bordures, les réseaux d’eau, le coin à compost etc…Pour penser ou repenser son jardin, il n’est point besoin de trop dépenser. C’est une réflexion qui nécessite de l’inspiration. Nous espérons que le catalogue du potager d’un curieux contribuera à la réalisation de vos projets de jardin potager.

Bon semis.

 

La feuille d’automne du potager d’un curieux

P1004430 copie

Une saison de cueillette de graines se termine peu à peu au potager. Il reste maintenant à trier celles qui ne l’ont pas encore été.

Le temps du conditionnement a débuté : tamponnage, ensachage, pliage et collage de chaque paquet. Un travail de fourmi que l’on aime bien partager en discutant (un peu).

Le jardin est peu à peu rangé, nettoyé, dégagé de ses structures (tuteurs, piquets, goutteurs, etc.) Des bandes maraichères ont été ensemencé en engrais vert.

La saison a amené son lot de surprises dans les jardins. Certaines agréables, d’autres moins. Comme chaque année des plantes ont eu du mal à produire des graines quand d’autres ont été généreuses.

Des « ravageurs » ont confirmé leur présence et nous ont obligé à faire preuve de génie écologique, pour trouver des solutions efficaces et respectueuses. Par exemple la production de tomates a connu une de ses pires années alors que tous les efforts avaient été consentis pour planter dans les meilleures conditions. L’araignée rouge et les maladies qu’elle véhicule ont porté un coup fatal précoce dans la « tomateraie ». Les haricots ont eu aussi des soucis de productivité et les bruches ont investi une partie de la récolte.

En revanche les portes- graines de fleurs, de laitues, d’herbes de cuisine ainsi que les poivrons et piments ont donné de bonnes graines en quantité suffisante pour les diffuser.

Au jardin, il nous reste la cueillette des aubergines qui doit être tardive pour avoir des fruits bien mûrs et sains ainsi que celle des piments dont le tri de semences nécessitera des gants…

Le catalogue en ligne est régulièrement actualisé et nous traitons les commandes dans les meilleurs délais. Des nouveautés ont été inscrites mais quelques autres seront indisponibles momentanément. L’occasion de rappeler qu’il n’y a plus de catalogue papier, vous pouvez désormais commander vos graines à l’adresse www.lepotagerduncurieux.fr

Nous avons une pensée pour les confrères et consœurs pépiniéristes qui ont vécu une année dure en raison de l’annulation d’une grande partie des évènements de plein air. Qui aurait pu imaginer qu’une épidémie aussi inquiétante se rajoute à d’autres soucis planétaires.

L’extrême douceur du climat nous fait oublier qu’il devrait y avoir un hiver ! Mais en regardant le ciel, les premiers escadrons de grues cendrées migrent vers le sud semblant nous informer du changement de saison. Les grands corbeaux ont débuté leur parade amoureuse dans le ciel quand les nombreux geais des chênes font des allers-retours avec des glands dans le bec. On dit qu’il est le semeur principal de la chênaie française. Sacré jardinier !

Nous avons choisi une évocation des baies rouges pour illustrer cette feuille d’automne un peu tardive. Nous nous retrouverons pour une lettre d’hiver début janvier.

Prenez soin de vos jardins et de leurs occupants, de vous et de vos proches.

Jean Luc Danneyrolles le 9 novembre 2020

12006463_1621026261511730_657264996359395416_o

Juin 2018 – Rencontre avec Luberon News et présentation de la collection de laitues.